Les abraçades són la medicina de l’ànima.

26/12/2018

Les abraçades són la medicina de l’ànima.

Abracem el nou any 2019 amb la il·lusió i l’energia del contacte físic amb els nostres éssers estimats.

Amb les nostres activitats de moviment destaquem sempre la importància del contacte físic i les relacions constructives amb els nostres nens.

Aquí podem veure dues investigacions que ho corroboren.

Felicitem als científics que fan possible oferir explicacions que demostren el que és obvi.

https://www.rinconpsicologia.com/2018/09/abrazar-los-bebes-genes-adn.html

Les abraçades són una medicina per a l’ànima.

No és casualitat que la psicoterapeuta familiar Virginia Satir digués:

– “Necessitem 4 abraçades al dia per sobreviure, 8 abraçades per mantenir-nos i 12 abraçades per créixer”.

El contacte físic és essencial en la infància

Investigadors de la Universitat de Columbia Britànica descobreixen que l’efecte d’abraçar als nadons i tenir-los en braços perdura fins i tot als 4 anys d’edat.

 

Per arribar a aquestes conclusions han analitzat a 94 nens sans de cinc setmanes d’edat i han demanat als seus pares que portessin un diari del comportament dels petits en el que anotessin els seus hàbits de son, alimentació i quan es mostraven inquiets o ploraven, així com la quantitat de contacte físic que mantenien. Quan els nens han complert els 4 i 5 anys d’edat, els investigadors han pres mostres del seu ADN.

L’equip ha examinat una modificació bioquímica anomenada metilació de l’ADN, en la qual algunes parts del cromosoma estan marcades amb petites molècules de carboni i hidrogen. Aquestes molècules actuen com a “interruptors d’atenuació” i ajuden a controlar l’activitat de cada gen.

El grau de metilació i la part de l’ADN on ocorre depèn en gran mesura de les condicions externes, sobretot en la infància. De fet, aquests patrons epigenètics canvien de manera predictible a mesura que envellim.

Els científics han trobat diferències de metilació en 5 zones específiques de l’ADN entre els nens que rebien abraçades i aquells que no. Un d’aquests canvis juga un paper essencial en el funcionament del sistema immunitari i l’altre influeix en el metabolisme.

Els nadons que han experimentat una angoixa més gran durant els seus primers mesos de vida però han rebut menys abraçades i contacte físic mostren una “edat epigenètica” menor a la que correspondria a la seva edat biològica. El seu perfil molecular és immadur, la qual cosa indica que s’estan quedant endarrerits biològicament.

“Creiem que un envelliment epigenètic més lent pot indicar una incapacitat per prosperar”, apunta Michael Kobor, professor al Departament de Genètica Mèdica de la Universitat de Columbia Britànica.

De fet, estudis anteriors han associat la discrepància entre l’edat epigenètica i l’edat biològica a una mala salut. Quan la metilació, un procés que forma part del desenvolupament normal i és fonamental per a alguns processos clau de l’organisme, ocorre en etapes més tardanes de la vida s’incrementa el risc de desenvolupar processos anormals i / o patològics, com han revelat investigadors de l’University College London .

Tot i que no es coneix amb certesa quins podrien ser els efectes a llarg termini d’aquest perfil epigenètic immadur en els nens, hi ha una conclusió clara: els nadons necessiten les abraçades, les carícies i el contacte físic per al seu desenvolupament emocional i físic.

Els efectes de les abraçades traspassen la frontera psicològica i s’estenen al pla físic. Aquest tipus de contacte corporal disminueix el nivell de cortisol, l’hormona de l’estrès, i genera sensacions reconfortants que ens ajuden a sentir-nos millor i alleugen el dolor. Ara s’ha descobert que la seva presència – o absència – en etapes primerenques de la vida fins i tot podria afectar l’expressió de l’ADN.

Les últimes investigacions revelen que com més abraces als teus fills, més intel·ligents es tornen

Ets el tipus de pare que sempre està abraçant als teus fills? Si la resposta és sí, no deixis de fer el que estàs fent.

Segons la nova investigació, l’afecte físic durant el període de desenvolupament d’un nadó és encara més important del que pensàvem.

Com més abraces a un nadó, més creixen els seus cervells, segons una enquesta recent del Nationwide Children ‘s Hospital a Ohio.

A l’estudi es van incloure 125 nadons, tant prematurs com a terme, en els quals es va analitzar com de bé responien a ser tocats físicament.

Els resultats van indicar que els nadons prematurs van respondre a l’afecte menys que els nadons que no van néixer prematurs. No obstant això, el que també es va revelar va ser que els nadons que van ser objecte de més afecte per part dels pares o del personal de l’hospital van mostrar una resposta cerebral més forta.

Segons la investigadora, la Dra. Nathalie Maitre, aquesta última revelació ens diu que una cosa tan simple com el contacte corporal o bressolar el nadó en els vostres braços farà una gran diferència en la manera en què es desenvolupen els seus cervells.

“Assegurar-se que els nadons prematurs rebin un toc de suport positiu, com la cura de pell a pell per part dels pares, és essencial per ajudar els seus cervells a respondre al tacte suau de manera similar a la dels nadons que van experimentar un embaràs complet dins de l’úter de la seva mare “, Maitre li diu a Science Daily.

Els nostres programes potencien el “Neurodesenvolupament” perquè es basen en la integració corporal mitjançant el moviment.

Els nostres programes es basen en tres branques reconegudes a nivell internacional que utilitzen la vessant educativa i la responsabilitat personal per la seva implementació:

  • BG® Brain Gym: Moviments senzills per aprendre amb tot el cervell i aconseguir l’excel·lència personal.
  • RMTi® Reflexes Primaris: Entrenament al Moviment Rítmic i Integració de Reflexes Primaris. Una porta per aconseguir ser nosaltres mateixos.
  • TFH® Toc per la Salut: La medicina tradicional xinesa a l’abast de tots per equilibrar la nostra vida.

Ajudem a resoldre dificultats de creixement i d’aprenentatge:

Els resultats de les nostres activitats han millorat la qualitat de vida de milers de persones que ens han fet arribar els seus comentaris, entre elles podem trobar les de: Nens hiper-actius, o hipo-actius, amb Dèficit d’atenció, amb diferents Síndromes (Asperger , Autisme, Down ….), amb retards o dificultats en el desenvolupament (paràlisi cerebral, NEE …), amb dificultats d’aprenentatge (parla, llenguatge, lectura, escriptura, matemàtiques ….), amb dificultats comportamentals (comportaments disruptius, agressivitat, impulsivitat ….).

Programes amb FUTUR:

Els nostres programes ofereixen formació personal i / o professional a totes aquelles persones interessades.

En els nostres cursos poden participar: Mares / Pares, Mestres-Professors-Educadors (NEE, internivells), Psicomotricistes, Esportistes, Dansa, Psicòlegs, Pedagogs, Neuròlegs, pediatres, Llevadores, Terapeutes Ocupacionales- Familiars-Salut mental, Treballadors Socials, Optometristes, PTs desenvolupament, Massatgistes, Fisioterapeutes, Osteòpates, kinesiólogos … qualsevol persona que treballi amb persones interessada en el “neurodesenvolupament” en el creixement personal

Amb els nostres cursos poden millorar la seva qualitat de vida i també completar les seves opcions professionals. Pots fer amb aquestes activitats teva nova professió:

Coach de Neurodesenvolupament “x” Moviment.

Isabel Compan, Desembre 2018

“Brain Gym ® és una marca registrada de Breakthroughs International a la Fundació Internacional de Kinesiologia Educativa Edu-K® Brain Gym ®. Feu clic a www.braingym.org o ww.braingymspain.org  o www.kinemocions.com  per obtenir el nom d’un instructor a prop vostre. “

Propers Cursos i Activitats® :

  • **10 gener, Llibreria Sintesis: Reflexes Primaris 19h
  • RMT-1® Moviments Rítmics per a l’Enfoc, l’Organització i la Comprensió: 19-20 de Gener 2019 a la Vila Olímpica, Barcelona
  • RMT-2® Moviments Rítmics per a les Emocions, la Memòria i el Comportament: 26-27 de Gener 2019 a la Vila Olímpica, Barcelona
  • *****RMT® Moviments Rítmics Preparats per a l’Escola: 2-3 de Febrer de 2019 a la Vila Olímpica, Barcelona
  • RMT-1® Moviments Rítmics per a l’Enfoc, l’Organització i la Comprensió: 16-17 de Febrer 2019 a Vidakine, Montmeló, Barcelona
  • RMT-3®: per a la Lectura i la Escriptura: 23-24 de Febrer 2019 a la Vila Olímpica, Barcelona

Pots  consultar-los al calendari de la Web: www.kinemocions.com o apuntar-te a een@kinemocions.com.

Per a trobar cursos o un instructor reconegut de Brain Gym, TMR o TFH, feu clic als mateixos enllaços.

Articles relacionats:

  • Bases fisiològiques de l’aprenentatge: http://kinemocions.com/bases-fisiolog…el-aprendizaje/
  • El cervell integrat és la resposta a la Dislèxia: http://kinemocions.com/el-cerebro-int…-a-la-dislexia/
  • Coaching de moviment: http://kinemocions.com/coaching-de-movimiento/
  • Potencial il·limitat: http://kinemocions.com/potencial-ilimitado/
  • Desenvolupament de Patrons: http://kinemocions.com/desarrollo-de-patrones/
  • “10 Estratègies de Manipulació” a través dels mitjans” de Noam Chomsky: http://kinemocions.com/ca/10-estrategias-de-la-manipulacion-a-traves-de-los-medios-de-noam-chomsky/; http://kinemocions.com/10-estrategias-de-la-manipulacion-a-traves-de-los-medios-2-de-noam-chomsky/; http://kinemocions.com/4930/; http://kinemocions.com/ca/10-estrategias-de-la-manipulacion-a-traves-de-los-medios-4-de-noam-chomsky/
  • Els nens ja no pugen als cirerers: http://kinemocions.com/los-ninos-ya-no-suben-a-los-cerezos/
  • Hands On®- Manos a la Feina®: http://kinemocions.com/hands-on-manos-a-la-obra/
  • Neurodesenvolupament “x” el moviment 1-2-3-4-5: http://kinemocions.com/neurodesarrollo-x-movimiento/; http://kinemocions.com/neurodesarrollo-x-el-movimiento-habilidades-motrices/; http://kinemocions.com/neurodesarrollo-x-el-movimiento-desarrollo-del-lenguaje/; http://kinemocions.com/neurodesarrollo-x-el-movimiento-desarrollo-de-la-identidad/ http://kinemocions.com/neurodesarrollo-x-el-movimiento-trastornos-del-neurodesarrollo/
  • El carro davant dels bous!: http://kinemocions.com/el-carro-delante-de-los-bueyes/
  • Tenir cura del cervell: http://kinemocions.com/cuidar-el-cerebro/
  • Emocions soterrades: http://kinemocions.com/emociones-soterradas/
  • Ous de Pasqua Emocionals: http://kinemocions.com/huevos-de-pascua-emocionales/
  • Dislèxia i Reflexes Primaris. RTAC -1, 2, 3, 4-: http://kinemocions.com/5480/ ; http://kinemocions.com/dislexia-y-reflejos-primarios-rtac-2/; http://kinemocions.com/dislexia-y-reflejos-primarios-rtac-3/; http://kinemocions.com/dislexia-y-reflejos-primarios-rtac-4/ 
  • Quina mà trio? RTAC -5-:  http://kinemocions.com/que-mano-elijo-rtac-5/
  • Neurodesenvolupament “x” moviment: 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11: http://kinemocions.com/neurodesarrollo-x-movimiento-el-cuerpo-morfologia/: http://kinemocions.com/neurodesarrollo-x-movimiento-el-cuerpo-fisiologia/;  http://kinemocions.com/neurodesarrollo-…rebro-morfologia/; http://kinemocions.com/neurodesarrollo-x-movimiento-el-cerebro-fisiologia/; http://kinemocions.com/neurodesarrollo-x-movimiento-el-cerebro-funciones/; http://kinemocions.com/neurodesarrollo-x-movimiento-el-cerebro-dinamica/; http://kinemocions.com/neurodesarrollo-x-movimiento-procesos-fisiologicos/; http://kinemocions.com/neurodesarrollo-x-movimiento-cerebro-tri-uno/; http://kinemocions.com/neurodesarrollo-…imiento-lenguaje/; http://kinemocions.com/neurodesarrollo-x-movimiento-percepcion/; http://kinemocions.com/neurodesarrollo-x-movimiento-atencion/   

Latest research reveals the more you hug your kids – the smarter they get

Are you the kind of parent that’s always hugging your kids? If the answer is yes then don’t stop doing what you’re doing.

According to new reserach, physical affection during a baby’s development period is even more important than we thought.

The more you hug a baby, the more their brains grow, according to a recent survey from the Nationwide Children’s Hospital in Ohio.

125 babies, both premature and full-term, were included in the study, which looked at how well they reponded to being physically touched.

The results indicated that premature babies responded to affection less than babies who were not born premature. What was also revealed however, was that babies that were subjected to more affection by parents or hospital staff showed stronger brain response.

Source: Shutterstock

According to researcher Dr. Nathalie Maitre, this last revelation tells us that something as simple as body contact or rocking your baby in your arms will make a big difference in how their brains develop.

“Making sure that preterm babies receive positive, supportive touch such as skin-to-skin care by parents is essential to help their brains respond to gentle touch in ways similar to those of babies who experienced an entire pregnancy inside their mother’s womb,” Maitre tells Science Daily.

Basically, affection is vital for the development of the brain. So, cuddle and hug your babies as much as you can – and don’t forget to share this research to show everyone out there how important it is to be loving to our children!

Published by Newsner, please like.

TDAH? Vraiment?

  • Dans les écoles du Québec, de nombreux élèves sortent du lot. Ils se montrent distraits, parlent sans attendre leur tour, se braquent devant l’autorité ou encore bougent sans cesse. Ces enfants souffrent-ils d’un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDA/H) ? « Ils ont l’air d’en avoir un, et peut-être qu’ils en ont un… mais il faut éviter de sauter aux conclusions », prévient le Dr Guy Falardeau, pédiatre et auteur du récent livre Tout ce qui bouge n’est pas TDAH. »

,

@

TDA/H

DES DIAGNOSTICS TROUBLÉS

Le Dr Guy Falardeau, pédiatre à Québec, lance ces jours-ci un cri du cœur bien senti. Dans un livre qui vient tout juste de paraître, il s’inquiète de voir des enfants recevoir un diagnostic de TDA/H alors qu’en réalité, ils souffrent d’un autre problème de santé. Une préoccupation partagée par d’autres médecins et psychologues.

UN DOSSIER D’ISABELLE AUDET

UN COUVERCLE SUR LE CHAUDRON

Dans les écoles du Québec, de nombreux élèves sortent du lot. Ils se montrent distraits, parlent sans attendre leur tour, se braquent devant l’autorité ou encore bougent sans cesse. Ces enfants souffrent-ils d’un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDA/H) ? « Ils ont l’air d’en avoir un, et peut-être qu’ils en ont un… mais il faut éviter de sauter aux conclusions », prévient le Dr Guy Falardeau, pédiatre et auteur du récent livre Tout ce qui bouge n’est pas TDAH.

« Moi-même, il m’est arrivé de faire cette erreur, poursuit le médecin. Par exemple, j’étais à une partie de baseball de mon petit-fils, je regardais un enfant et j’ai dit à ma femme : “Lui, c’est un vrai TDA/H !” C’est ça, le problème ! On s’imagine que dès qu’un enfant est un peu agité, un peu impulsif et un peu différent, on dit qu’il est TDA/H. »

Or, des conditions comme l’anxiété et le trouble d’opposition entraînent des symptômes semblables à ceux du TDA/H. Un mauvais diagnostic nuit aux enfants qui souffrent d’autres problèmes, car ils ne reçoivent pas l’aide appropriée, déplore le pédiatre. « Oui, l’enfant à qui l’on prescrit un médicament contrôle mieux sa colère. Mais elle reste là, la colère. C’est comme un chaudron sur le feu sur lequel on ferme le couvercle. Il n’y a rien qui sort, mais l’eau bout encore. Imaginez la crise quand ça saute… », illustre le médecin. Ces enfants et leurs parents ont besoin d’une aide spécifique, et vite, répète-t-il.

Fait-on souvent fausse route ? Le Dr Falardeau ne peut pas chiffrer le nombre de diagnostics incomplets, mais il affirme que le système de santé ne permet actuellement pas de dresser le portrait complet, rigoureux et rapide de tous les enfants en difficulté.

Les listes d’attente pour les évaluations dans le réseau public s’allongent. Devant des enfants qui présentent de grandes difficultés scolaires, sociales et familiales, plusieurs médecins ne disposent alors que de questionnaires qui leur donnent une idée des symptômes éprouvés par les jeunes patients.

On peut alors avoir des doutes qu’il s’agit d’un TDA/H ; une évaluation beaucoup plus exhaustive permet de déterminer si un autre problème de santé entraîne les difficultés de l’enfant ou si, en effet, il a bel et bien une condition neurologique qui affecte son attention et la maîtrise de lui-même.

UN TROUBLE QUI EXISTE

S’il s’inquiète des mauvais diagnostics, le Dr Falardeau précise que non, le TDA/H n’est pas une invention. « Ça existe ! J’en ai vu des milliers ! », lance-t-il.

« Le TDA/H n’est pas une religion à laquelle on croit ou non. Le TDA/H est un problème que l’on retrouve chez un grand nombre d’individus et qui leur empoisonne la vie. »

— Le Dr Guy Falardeau

Et ceux à qui on diagnostique à tort un TDA/H n’ont-ils pour leur part qu’un besoin de bouger davantage ? « Non, non, non, non… Ces enfants-là ont des problèmes aussi. Des vrais. Ils sont souffrants. C’est pour ça que les médecins sont mal pris : on n’a pas les ressources pour les aider. »

La présidente de l’Ordre des psychologues du Québec, Christine Grou, abonde dans le même sens. « Cliniquement, on a du travail à faire sur le TDA/H », souligne-t-elle.

Au Québec, l’évaluation pour déceler la présence ou non d’un TDA/H revient aux médecins, aux psychologues, aux neuropsychologues et aux professionnels détenteurs d’un permis d’évaluation de troubles mentaux. Afin de s’assurer d’avoir en main un portrait juste de la situation, de plus en plus de médecins demandent d’ailleurs l’avis d’un psychologue ou d’un neuropsychologue. C’est là que le bât blesse. Au public, un enfant peut souvent attendre plus d’une année scolaire avant d’être évalué.

« On ne manque pas de psychologues, mais on manque de psychologues dans le réseau public. On manque de psychologues dans les écoles », estime Christine Grou.

« Il faudrait juste augmenter l’accès à l’évaluation psychologique ou neuropsychologique gratuite. Il faudrait qu’il y en ait plus dans le réseau scolaire, ou encore que l’État finance ces évaluations faites dans les règles de l’art. »

— Christine Grou

Et même au privé, les listes s’allongent, constate la Dre Annick Vincent, psychiatre. « Le pauvre parent qui se fait dire par l’école que son enfant a peut-être un TDA/H ou qui a lu un reportage et qui se dit : “Mon enfant a peut-être ça”, pour lui, ça commence à être ardu. Où est-ce qu’il consulte ? Il peut commencer par un médecin de famille. Si le tableau est classique et qu’il n’y a rien d’autre d’inquiétant, le médecin peut faire l’évaluation lui-même, mais ça ne se fait pas en cinq minutes. Est-ce que tout le monde a besoin d’une évaluation en psychologie ou en neuropsychologie ? La réponse, c’est non. Mais dans certains cas, c’est très important. »

Car le portrait est parfois complexe : un enfant anxieux peut éprouver des difficultés qui s’apparentent à un TDA/H, et à l’inverse, un jeune avec un trouble de l’attention risque lui aussi d’éprouver de l’anxiété.

DOIT-ON S’INQUIÉTER ?

Doit-on revoir le dossier de tous les jeunes à qui l’on a diagnostiqué un TDA/H ? Absolument pas, nuance le Dr Falardeau. Si l’enfant va bien, avec ou sans médication, s’il fonctionne bien à l’école et à la maison, il n’y a pas lieu de s’inquiéter, ajoute-t-il.

Par contre, si l’enfant éprouve toujours de grandes difficultés et qu’il n’a pas eu accès à une évaluation où un professionnel s’est intéressé à sa santé psychologique, à la qualité de son attention et à son histoire affective, il peut être indiqué de demander qu’il soit vu par un psychologue, précise le pédiatre, qui souhaite ardemment que le système s’ajuste pour permettre un meilleur accès aux services pour les enfants en difficulté, peu importe leur situation.

« Si on travaillait en équipe, ça pourrait faciliter les choses, mais en ce moment, ce n’est pas bien organisé dans notre réseau. »

  La Dre Annick Vincent

La spécialiste précise toutefois que, s’il arrive que des jeunes reçoivent à tort un diagnostic de TDA/H, certains passent au contraire complètement inaperçus. « Il y a aussi des gens qui ont un TDA/H et qui passent complètement free dans notre système, parce qu’ils ont des symptômes moins visibles. Ceux qui sont très agités, ce sont surtout ceux-là pour lesquels il y a une démarche qui s’installe plus rapidement. »

Tout ce qui bouge n’est pas TDAH

Dr Guy Falardeau

Les éditions de l’Homme

176 pages

QUAND ÇA NE VA PAS

À quoi doit s’attendre un parent dont l’enfant présente des défis qui s’apparentent à un TDA/H ? Chaque cas demeure unique, mais voici un aperçu de l’aide dont il devrait bénéficier.

Soutenir les enfants à l’attention fragile

En mars, l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) a publié un avis sur le cheminement idéal d’un jeune chez qui l’on soupçonne un TDA/H. L’INESSS met d’abord l’accent sur le soutien dont ont besoin les enfants à l’attention fragile… avant même que l’on pense au diagnostic. « Il faut se demander comment on peut aider tous nos jeunes à cultiver leur attention, qu’ils aient un TDA/H ou pas », croit la Dre Annick Vincent. « Posons la question : est-ce qu’il y a des attentes envers nos jeunes qui sont déraisonnables, actuellement ? demande la psychiatre. Ce qui est bon pour les enfants TDA/H est bon pour tout le monde. Il y a beaucoup de facteurs qui ne sont pas médicaux sur lesquels on peut déjà faire quelque chose. »

Les premiers « drapeaux »

« Un enfant chez qui l’on soupçonne un TDA/H est peut-être plus dans la lune que les autres. Ou plus agité, ou plus impulsif. Ce sont les trois drapeaux qui vont être levés », résume la Dre Vincent. Un jeune qui éprouve ces difficultés ainsi que ses proches devraient d’abord pouvoir compter sur une aide psychosociale à l’école ou dans le réseau de la santé, indique l’INESSS. Si cette intervention porte ses fruits, « tout le monde est content », ajoute la psychiatre. Cependant, si les difficultés perdurent, il est avisé de demander une évaluation pour déterminer si, en effet, l’enfant souffre bel et bien d’un trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité.

Une évaluation complète

Le professionnel qui évalue l’enfant (généralement un médecin, un psychologue ou un neuropsychologue) doit alors procéder à une collecte d’informations exhaustive, rappelle l’Ordre des psychologues du Québec. À l’aide de questionnaires, de rapports scolaires, mais aussi après des rencontres avec l’enfant et sa famille, ce professionnel dresse un portrait complet de l’enfant. Il s’intéresse notamment à son parcours depuis la naissance, à son fonctionnement à la maison et à l’école, à l’environnement dans lequel il évolue, à sa santé physique et psychologique et à son parcours scolaire. « Faire une bonne évaluation du TDA/H, ça prend du temps », souligne Christine Grou, présidente de l’Ordre des psychologues du Québec.

Éliminer d’autres causes

« Une évaluation complète nous permet d’être capable de départager si c’est un TDA/H ou autre chose, comme de l’anxiété ou un autre problème », précise Christine Grou, docteure en psychologie. Le professionnel de la santé doit aussi s’assurer que les difficultés de l’enfant ne sont pas provoquées par une situation particulière ou un événement. « Il faut comprendre qu’un trouble de l’attention, c’est quelque chose de développemental. Ça ne s’exprime pas dans un contexte particulier. Un enfant qui aurait un trouble d’attention juste à la maison, ce serait un peu curieux. Un enfant qui est hyperactif juste à l’école, ce serait aussi un peu curieux. »

De l’aide, peu importe le diagnostic

À la fin de cette grande évaluation, il est possible de déterminer s’il s’agit d’un TDA/H ou non. Peu importe le verdict, l’enfant devrait pouvoir bénéficier d’une aide appropriée, s’entendent tous les experts consultés. « On doit donner accès à un panier de services qui est plus large que la médication pour optimiser les effets du traitement. La médication est efficace pour beaucoup d’enfants, j’en suis convaincue, mais il faut les aider à gérer leur comportement, souligne Christine Grou. Il y a toutes sortes de stratégies qu’on peut mettre en place, mais ça prend des professionnels qualifiés. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.